Dictionnaire Québécois Dictionnaire Québécois
VOCABULAIRE QUEBECOIS
Choisissez l'une des lettres suivantes pour accEder au lexique :

Dictionnaire québécois
Fâchant, fâchante : Adjectif propre au langage populaire québécois, qualifiant : [1] le caractère fâcheux d'un individu ou d'une situation (ex : cette dame est fâchante dans ses manières, donc cette dame est désagréable dans ses manières ; [2] le caractère de ce qui provoque la colère (ex : c'est fâchant, donc cela est propre à mettre en colère).

Facture : Outre ses sens usuels, ce nom féminin désigne au Québec : [1] une addition dans un restaurant ; [2] tout document qui indique le prix de vente d'un service ou d'un achat quelconque.

Fafouin, fafouine : Adjectif propre au langage populaire québécois, qualifiant affectueusement un individu étourdi ou écervelé.

Faque : Au Québec on se sert de ce mot à titre de conjonction et son sens se rapproche de : donc, ainsi, par conséquent. On dira : "je te donne un dollar faque achète ce que tu veux" pour " je te donne un billet, ainsi tu t'achèteras ce que tu veux".

Fendant, fendante : Adjectif propre au langage populaire québécois, on l'emploie pour qualifier une personne prétentieuse, un individu chiant.

Fif [fifi] : Nom masculin propre au langage populaire québécois, il identifie de façon péjorative un homme homosexuel. On pourrait lui accorder la même signification que le terme "pédale".

Fin, fine : Sorti de son contexte significatif habituel, cet adjectif caractérise, dans le langage québécois, la nature gentille et aimable d'une personne (ex : il est tellement fin, c'est-à-dire il est tellement gentil).

Finissant, finissante : Utilisé comme nom au Québec, il désigne spécifiquement un individu en dernière année d'études.

Fitter : Emprunté à l'anglais "to fit", ce verbe couramment en usage dans le langage populaire québécois signifie : [1] convenir (ex : ce genre de truc, ça fitte pas avec moi, donc cela ne me convient pas) ; [2] ajuster (ex : faire fitter un canapé dans une pièce, c'est-à-dire l'ajuster au bon endroit).

Flâneux, flâneuse : Dérivé de l'adjectif flâneur, les Québécois en usent dans le même sens que les Français : lambin, paresseux.

Flatter : Outre ses sens habituels, au Québec on l'emploie surtout pour désigner le fait de caresser un enfant, une personne aimée mais surtout un animal.

Focaillage : Nom masculin propre au langage populaire québécois, un focaillage c'est : [1] du focaillage, c'est-à-dire se laisser aller à une flânerie ; [2] une perte de temps, donc un focaillage de temps ; [3] une hésitation, un tâtonnement ; [4] la mauvaise exécution d'un projet, un bâclage (ex : ce projet c'est du vrai focaillage !).

Focailler : Verbe propre au langage populaire québécois, on l'emploie pour marquer l'acte de : [1] flâner, perdre son temps ; [2] hésiter ; [3] manquer de structure ou d'organisation pour mener à terme un projet [4] avoir du mal à effectuer quelque chose (ex : focailler le chien avec quelque chose, c'est-à-dire avoir du mal à régler le problème.

Foirer : Outre son sens habituel, les Québécois l'utilisent pour : [1] faire la fête ; [2] paresser, ne rien faire du tout.

Fois [des fois que…] : Au Québec on use de cette expression pour dire : si par hasard, si jamais…

Forçant, forçante : Adjectif propre au langage populaire québécois, sa valeur est de qualifier la nature difficile d'un effort. Un travail forçant est un travail dur, éreintant, épuisant.

Fort : Outre ses significations connues, les Québécois donnent à ce nom masculin le sens suivant : boire du fort, c'est-à-dire boire une liqueur à forte teneur en alcool (ex : scotch, gin, whisky, cognac, brandy, alcool, etc.).

Fortiller : Verbe propre au langage populaire québécois, il serait issu d'un croisement entre les verbes frétiller et tortiller. On l'utilise pour marquer l'acte de gigoter, de se trémousser.

Foufounes : Ce nom féminin, toujours employé au pluriel, désigne les fesses d'une personne et, à la limite, d'un animal.

Fouler : Sorti de son contexte significatif habituel, le verbe fouler signifie au Québec rétrécir.

Fourrant, fourrante : Adjectif propre au langage populaire québécois, il indique le caractère déroutant d'une personne ou d'une situation (ex : ce travail est fourrant, c'est-à-dire qu'il est facile de se perdre dans l'orientation de ce travail).

Foxer : Verbe courant dans le langage populaire québécois, il signifie faire l'école buissonnière.

Franchement ! : Expression courante dans le langage populaire québécois qui s'approche de l'expression française : "Vraiment !".

Frencher : Verbe dérivé de l'expression anglaise "french kiss", que les Québécois ont adapté pour signifier : rouler une pelle.

Frette : Adjectif propre au langage populaire québécois, sans doute l'un des plus représentatifs de la culture de cette contrée nordique, qui indique le caractère glacial du temps extérieur : "y fait frette !", donc "il fait vraiment très, très froid !".

Fuck ! : Empruntée à la langue anglaise, cette expression très vulgaire correspond à peu près au "merde !" des Français.

Fucké, fuckée : Adjectif et nom, courant dans le langage populaire québécois, dérivé de l'anglais "fuck". On l'utilise pour qualifier : [1] (adjectif) ce qui est déroutant, tordu ; [2] (adjectif) ce qui est renversant, épatant [3] (nom) une personne psychologiquement déséquilibrée (ex : un fucké, une fuckée, donc un fou, une folle).


Copyright DICTIONNAIRE QUEBECOIS - Toute reproduction même partielle strictement interdite
Partenaires :
Assurance Québec - Hôtels Québec Montréal - Canada francophone - Location Montréal